Mon joli sac

Mon joli sac

J’en rêvais depuis des mois, de cette jolie besace en liberty et simili cuir… Au départ je n’avais pas d’idée précise en tête, je me disais simplement que si l’occasion de présentait, je craquerais bien sur ce type de sac. Et puis, au hasard de mes pérégrinations sur Pinterest, je suis tombée sur des modèles qui renvoyaient tous au blog des Les Chiffonneries du Chat et à son tuto trop trop chouette.

Je vous mets déjà un aperçu du résultat final, et je raconte ensuite :

besace

Si je n’ai pas tout de suite saisi l’occasion, acheté mon tissu et empoigné ma machine à coudre, c’est surtout parce que je ne me sentais pas à la hauteur. Je n’avais jamais cousu de cuir ni de simili-cuir (et je m’en faisais une montagne) et de toute façon j’étais persuadée que mon niveau en couture était insuffisant pour un tel projet. D’autant que ça m’aurait contrariée d’acheter du tissu et des accessoires pour un résultat pas terrible. Le liberty n’étant pas donné, ce serait dommage de l’utiliser pour faire des chiffons !

J’ai donc laissé passer un peu de temps. Et j’ai eu de plus en plus envie d’un nouveau sac. En rentrant de vacances j’ai encore hésité, j’ai refait le tour du net à la recherche d’une besace du même style mais déjà toute faite, sauf que décidément rien ne me convenait parfaitement. J’ai bien trouvé des couturières qui mettaient en vente leurs créations sur Etsy ou Ebay, en laissant même le choix des tissus, mais je n’étais pas totalement convaincue. Surtout que c’est un peu idiot d’être soi-même couturière (couturière du dimanche, mais quand même !) si c’est pour se dégonfler et sous-traiter le boulot à la première difficulté… Finalement c’est Papa-des-Champs qui m’a encouragée à tenter ce nouveau défi, en m’affirmant que j’étais tout à fait capable de réussir. Ce qui est très gentil de sa part, merci à lui !

Après avoir choisi mes tissus et mes accessoires et avant de me lancer dans les découpes, justement, j’ai bien étudié le patron, j’ai tout recopié soigneusement, et j’ai pris mon temps pour que tout soit le plus parfait possible.

besace-patron

Atelier découpage-collage…

besace-tissu

Le patron comprend beaucoup beaucoup de pièces… d’où la nécessité de s’organiser un peu et de rester calme !

Trop souvent j’ai tendance à vouloir aller vite, à me faire de longues séances de couture le soir, et c’est évidemment dans ces moments-là que je fais le plus d’erreurs. Pour éviter ça, cette fois j’ai préféré y aller doucement et m’arrêter avant d’être fatiguée/déconcentrée/énervée. Et miracle, tout s’est bien passé !

besace-ouverte

besace-intérieur

J’avais peur de galérer un peu avec le simili-cuir ou avec le passepoil (je n’en avais jamais cousu) mais c’était beaucoup plus simple que ce je pensais. Je m’aperçois aussi que ma machine est plutôt pas mal et qu’elle gère très bien les multiples épaisseurs de tissus. Pour le coup, si je devais donner un conseil à celles et ceux qui seraient tenté.e.s par cette besace, ce serait de bien connaître leur machine et d’y être déjà bien habitué.e.s. Et si le tutoriel est très bien fait, notons qu’il ne décompose pas toutes les actions en détail, mais que certaines mini-étapes sont sous-entendues, parce qu’ultra logiques. Il s’agit donc d’avoir déjà un peu d’expérience en couture, ce qui est de toute façon préférable pour être un minimum sûr.e des ses gestes et avoir quelques bonnes habitudes avant de se lancer dans ce type de projets.

Moi, maintenant, je vais me promener ! :-)

besace-portée

 

Dix ans !

Dix ans !

Il y a dix ans  nous étions jeunes, nous étions beaux, nous étions frais, confiants et déjà très amoureux. Alors nous avons lancé quelques invitation, nous avons mis de jolis habits, et nous nous sommes mariés. Comme ça, juste parce qu’on en avait envie !
Je résume beaucoup, mais l’idée est là. Je passe sur l’envie de simplifier notre existence administrative, de porter le même nom que nos futurs enfants, et de s’amuser un peu. Je passe aussi les centaines d’essais pour faire de jolis faire-parts et sur la cire brûlante renversée sur mon index en fermant les enveloppes, sur les heures passées à comparer les petites pochettes pour mettre les dragées (surtout que personnellement j’ai toujours trouvé ça niais les dragées) et  enfin, je vous épargne les joies du plan de table. Bref, c’était un jour joyeux et plein de douceur. Nous n’avons même pas eu mal avec nos chaussures neuves, nous avons adoré notre mariage, et je crois que les invités étaient contents.

Il n’est donc pas question de passer à côté de ce bel anniversaire, sans pour autant en faire des tonnes ! Au programme, ni grande célébration ni cravate et robe de soirée, mais des moments à partager et plein d’occasions de se faire plaisir.

10ans

Comme il aurait été un peu compliqué d’organiser plusieurs week-end en amoureux cet automne, notre week-end d’anniversaire sera inclus dans notre traditionnel week-end d’automne. Vous savez, ce fameux week-end prolongé que nous nous offrons chaque année, et qui nous fait un bien fou (j’en parlais là, là, ou encore là et là). Cette fois c’est à Berlin que nous passerons 5 jours, début octobre. Je suis particulièrement contente que ce séjour coïncide avec nos dix ans de mariage, parce que Berlin nous attire depuis plusieurs années, et que nous avons mis beaucoup de temps à concrétiser cette envie. D’autant que j’avais adoré cette ville il y a presque 20 ans en y allant pour un voyage scolaire, et que j’ai toujours voulu y retourner. Sans parler de mon petit faible pour l’allemand, même si j’ai toujours été une buse et que je serais bien incapable de tenir une conversation (mon grand-père n’avait peut-être pas tord, allemand LV1 c’était pas l’idée du siècle !).
Pour que ce séjour soit un vrai cadeau d’anniversaire, et pour nous faire encore plus plaisir, nous y avons inclus à notre programme une soirée à la Philarmonie de Berlin. Bon, ça aussi on l’aurait peut-être fait même sans anniversaire, parce qu’après le concert du Nouvel an de Prague, le Musikerein de Vienne et l’opéra de Budapest on ne pouvait pas passer à côté de la Philarmonie ! Disons que cette fois on s’est un peu lâchés sur le budget en optant pour des places de catégorie je-ne-sais-plus-quelle-lettre, mais il y a des chances qu’on puisse compter les poils de nez du premier violon !
Et puis, comme pour chacun de nos week-end d’automne, ce sera l’occasion de passer du temps ensemble, sans aucune contrainte. Découvrir de nouveaux endroits, flâner en amoureux, rire bêtement pour trois fois rien : je crois que c’est un bon résumé de ce qu’on aime faire en vacances !

Brandenburger_Tor_abends

En attendant de faire nos bagages, nous avons également prévu de fêter notre anniversaire le jour J, c’est-à-dire ce soir. Et le jour J+1, aussi, parce qu’on ne rate jamais une occasion de se faire plaisir !
Ce soir, nous avons prévu un petit repas amélioré, avec les enfants. Nous leur avons demandé ce qu’ils aimeraient manger d’un peu exceptionnel et surtout qui leur fasse plaisir… et nous avons beaucoup ri en écoutant leurs réponses : » des oeufs à la coque », « des pâtes », « ou sinon des carottes râpées », « peut-être des frites »… Finalement on mangera des pâtes, mais améliorée ! Et il y aura du chocolat pour le dessert.

Nous remettrons ça demain soir une fois les enfants couchés, juste en amoureux. Je voulais m’amuser à reproduire plus ou moins le menu de notre mariage, mais d’une je ne me souviens pas exactement de tout, et surtout il y a des aliments qu’on a banni de notre alimentation depuis, notamment le foi gras. On se contentera donc de s’en inspirer, et on y ajoutera des figues, parce que les figues c’est vachement bon !

Une de plus !

Une de plus !

Et voilà, une rentrée de plus pour nous ! Sans stress et avec le sourire, comme les années précédentes.
C’est presque déroutant, d’ailleurs, ces rentrées qui se font toutes seules, comme une simple formalité ! Pourtant cette année il y a un peu de nouveauté pour chacun des enfants.

Belette, en moyenne section, est toujours dans sa classe multi-niveaux, mais cette fois avec une nouvelle maîtresse. « Elle est très très gentille », selon les premières impressions de la demoiselle, donc tout roule ! Et puis il faut dire que la nouvelle maîtresse ressemble à Tata, alors forcément elle ne pouvait que lui plaire! (Papa-des-Champs, qui avait vu la maîtresse en avant-première en juin, nous avait prévenus, et ne s’était pas trompé : la ressemblance est frappante.) Belette était également ravie de retrouver sa copine préférée, et malgré la fatigue elle était bien contente de sa journée.

De son côté, Poussin aussi nage en pleine nouveauté puisqu’il est passé dans la classe « élémentaire » de l’école (CE1-CE2-CM1-CM2). Avec sa meilleure copine, qu’il aime d’amour depuis son entrée en maternelle. Sautez une classe et passez directement dans la case CE1 ! Toujours sans stress, puisqu’il avait déjà passé quelques demi-journées dans cette classe en juin dernier. Je l’ai récupéré tout sourire lui aussi, en train de raconter ses vacances à la maîtresse, débitant 1000 mots à la minute ! En repensant à sa petite trogne ébouriffée quand il a débarqué à l’école il y a maintenant 4 ans, j’avoue que ça m’a fait bizarre.
Autre petite particularité pour Poussin, il a été détecté « à haut potentiel » en fin d’année scolaire. Pour le moment ça ne l’a pas empêché d’avoir une scolarité tout à fait épanouie, mais nous resterons particulièrement attentifs. Ce qui est certain, c’est que cette découverte (il a été détecté « par hasard » lors des séances avec la psy scolaire pour valider son saut de classe) explique beaucoup de ses comportements et attitudes. J’en reparlerai certainement plus tard.

Poussin était ravi : il avait déjà des devoirs !

Poussin était ravi : il avait déjà des devoirs !

Quant à moi, j’aurais bien aimé rester en Bretagne un peu plus longtemps (les enfants aussi bien sûr, on a essuyé quelques larmes en montant dans la voiture dimanche matin !) et je n’avais pas tellement envie de replonger dans le grand bain, mais finalement ce n’est pas si mal. Si les enfants ont été adorables cet été, et que nous apprécions énormément leur relative autonomie, je suis quand même contente de retrouver un peu de solitude. Et de calme. Et donc de productivité. Et de liberté.

Nous allons aussi renouer avec toutes nos petites traditions de fin d’été : sortir les fruits congelés il y a quelques mois pour en faire des confitures, cueillir des mûres, gérer notre production de légumes issue du potager, préparer notre escapade en amoureux de l’automne (Berlin nous voilà !), ranger le bois… Sans oublier mes retrouvailles avec ma machine à coudre. Mon prochain défi : une besace en liberty et en simili cuir. Un projet qui risque de me donner du fil à retordre mais sur lequel je lorgne depuis un moment. Si c’est réussi je mettrai des photos !

Une journée à Briare

Une journée à Briare

Avant d’aller batifoler dans les vagues bretonnes (ou de chausser nos bottes de pluie et d’enfiler nos cirés…), nous profitons des vacances pour découvrir un peu plus notre région d’adoption. Dans un rayon d’environ une heure de route, il y a beaucoup de jolis endroits et c’est toujours un plaisir de s’y promener. La semaine dernière, c’est à Briare que nous avons passé une journée en famille. Petite ville du Loiret, Briare n’est plus dans notre région administrative, mais comme ce n’est qu’à une heure de route de la maison,  on ne va pas chipoter !

Briare, c’est au bord de la Loire et c’est super joli ! On y trouve un charmant pont-canal, un petit port de plaisance qui donne envie d’avoir un bateau, et une énorme manufacture d’émaux. A l’époque, l’usine fonctionnait à plein régime, véritable institution dans le domaine des petits carreaux de carrelage, des boutons et des perles. Nous avons d’ailleurs commencé la journée par une visite du musée de la mosaïque, sur les lieux de la manufacture. C’est un petit musée qui se visite en une petite heure, gratuit pour les enfants, et qui présente l’histoire de la manufacture, ainsi que de nombreuses oeuvres réalisées en mosaïque. Certaines sont vraiment très très jolies, mais les photos étant interdites, je ne peux rien vous montrer… En tout cas c’était chouette et les enfants ont bien aimé. Notons d’ailleurs que ce format de visite est particulièrement adapté à leur temps d’attention et de patience. Surtout que ce n’est pas un musée où l’on peut tripoter !

En sortant, nous avons été faire un tour au paradis des fanas de la mosaïque : la fameuse décharge d’émaux de Briare :

Même quand on sait à quoi s'attendre, c'est toujours déroutant de débarquer là-dedans !

Même quand on sait à quoi s’attendre, c’est toujours déroutant de débarquer là-dedans !

C’est dans cette zone située juste derrière la manufacture que tous les carreaux et boutons « ratés » étaient balancés, en sortie d’usine. Si une pièce était défectueuse, toute la plaque de fabrication était jetée. Et ce pendant des décennies… Ce sont ainsi des collines entières d’émaux qui se sont formées, sur un immense terrain naturel. Facilement accessibles, ces collines font maintenant le bonheur des adeptes de la mosaïque, qui viennent creuser à la recherche de petits carreaux. Si la surface est assez claire, en fouillant un peu on y trouve plein de trésors colorés. Bon, nous ne faisons pas (encore) de mosaïque, mais ça fait un moment que nous voulions aller voir cet endroit insolite. Nous étions avec les enfants donc nous n’avons pas pu rester longtemps (ils ont bien aimé ramasser des petits carreaux colorés, mais au bout d’un moment ça les aurait lassé, et comme c’est assez dangereux, ça demande une surveillance incompatible avec une fouille efficace !), mais nous y retournerons bientôt. Armés de petites pelles, de seaux et d’un pique-nique, en vue d’y passer plusieurs heures et de revenir chargés comme des bourriques !

Notre petite récolte

Notre petite récolte

Notre journée en famille s’est justement poursuivie par un pique-nique sur les bords de Loire, avant de vite rejoindre la voiture lorsque les premières gouttes de pluie ont commencé à tomber… Par chance, il s’est mis à pleuvoir juste quand nous avions fini de manger et de tout ranger, nous avons juste eu besoin de courir un peu pour nous mettre à l’abri. Vingt minutes plus tard le soleil est revenu et nous avons pu faire une bonne promenade au bord de l’eau, jusqu’au fameux pont-canal. Sur le chemin nous avons rencontré plusieurs familles de canards, avec d’adorables bébés canetons encore duveteux qui suivaient leurs mamans : mignonnerie garantie !

Le bateau qui traverse le pont est un spectacle qui plaît bien aux enfants.

Le bateau qui traverse le pont est un spectacle qui plaît bien aux enfants. (La photo n’est pas de moi, je n’avais plus de batterie à ce moment-là…)

Nous avons ensuite rejoint le centre ville de Briare et son joli petit port de plaisance, en faisant une petite pause rafraîchissante en terrasse. Les enfants étaient bien contents de leur journée, d’ailleurs Poussin m’affirmait le lendemain que ça avait été la plus belle journée de sa vie. Bon, ok, il exagère un peu, et surtout en ce moment il a tendance à enchaîner les « meilleures journées de sa vie », puisque c’est au moins la troisième qui a droit à ce titre depuis le début des vacances ! Belette aussi a bien aimé cette escapade : elle a eu du mal à quitter le pont-canal, qu’elle voulait voir et revoir et re-revoir, et surtout, sur le trajet du retour elle s’est endormie en même pas 10 minutes. Et ça, c’est LE signe d’une belle journée !
N’hésitez vraiment pas à vous arrêter à Briare si vous passez dans le coin, c’est vraiment chouette !