Imagination

Imagination

Chez nous, il arrive parfois qu’une souris d’ordinateur devienne un aspirateur, qu’un fauteuil se transforme en bateau, ou qu’une feuille de sopalin fasse office de serviette pour doudou…Trois cailloux sur une planche de bois, et voilà un barbecue ! Une touffe d’herbe coincée dans une feuille morte devient un sandwich, et une fleur Playmobil à l’envers fait une magnifique carafe. Les cubes de Lego se transforment en douche pour animaux, une caisse de jouets renversée peut servir de baignoire à poupée. Dans le bain, le thermomètre poisson plonge dans un gobelet dans un dynamique mouvement de va-et-vient, tel un goupillon qui laverait un biberon. A l’instant où j’écris ces lignes, une passerelle de bateau Playmobil se voit utilisée comme rabot… (Et oui, Papa-des-Champs le bricoleur est une énorme source d’inspiration !)

Finalement on a bien fait d'avoir la flemme de les ranger, ces vieux tréteaux...

Barbecue improvisé

 

Quand aucun objet ne ressemble assez à celui dont il a besoin,  qu’il n’a rien sous la main, il lui reste l’ultime recours, celui des objets fantômes.  Ainsi, aux côtés de la table à repasser et du fer « de grand », sont rangés ceux de Poussin. Ils sont bleu. Il les prend, pout pout pout, déplie sa table imaginaire, branche son fer irréel dans une prise qui n’existe pas, et hop hop hop il repasse son linge invisible, le plie consciencieusement puis le range.

Cette imagination, cette capacité de faire de rien un jouet, elle me fait rire et m’impressionne. Elle est naïve, innocente, naturelle. Jamais mon petit garçon ne se plaint de ne pas avoir le bon jouet, l’objet adéquat, il prend ce qu’il a et c’est très bien comme ça. Evidemment, ses yeux ont brillé et son sourire en disait long lorsque son papa lui a offert de nouveaux ustensiles pour sa petite cuisinière. Parce qu’avoir un vrai fouet pour faire des gâteau, et une vraie louche pour servir la soupe, c’est quand même génial !

J’aimerais trouver un juste milieu entre les « jouets d’imitation » et nos objets fantômes, qu’on ne tombe pas dans la sur-consommation de jouets mais que nos enfants ne jouent pas qu’avec du vide. Alors on essaie de garder un équilibre qui nous semble juste, selon nos valeurs, la taille de nos chambres, nos finances.

Je ne pense pas que l’imagination soit le propre de l’enfance. Mais il me semble qu’un esprit créatif se forge de bonne heure. Entraver une imagination naissante, c’est dommage et c’est d’une certaine façon ce qui mène au formatage. J’aimerais que mes enfants soient libres d’imaginer ce qu’ils veulent, comme ils le veulent, sans que je n’intervienne de trop. J’espère que leur faculté de créer à partir de rien et à transformer les objets se poursuivra longtemps. Ce rien invisible, non palpable, c’est leur création, ils l’ont fabriqué eux, et c’est énorme ! Et peut-être qu’un jour, le radiateur qui sert actuellement de machine à laver se transformera en vitrine de boulangerie, en cheminée ou en piano !

 

3 Responses »

  1. et oui, nous avons perdu, nous adultes, cette imagination. Certains adultes la reconquièrent en faisant du théâtre d’impro et je les admire !

Répondre à Cyril Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *