Illusions perdues (ou pas…)

Illusions perdues (ou pas…)

Comme la plupart d’entre vous, je suis à l’affût des informations ces derniers jours. La radio est allumée autant que possible, et j’actualise mes sites d’info régulièrement sur mon ordinateur. Je suis tour à tour sidérée, triste, en colère, révoltée, pessimiste… J’ai aussi envie d’union, de solidarité et de lutte contre la bêtise.

J’ai l’impression que tout ce que j’ai appris dans mon enfance, sur la paix et la tolérance, s’éloigne de plus en plus de notre réalité. Quand j’étais petite j’étais confiante, persuadée de vivre dans un pays où la liberté et la paix étaient acquises. J’étais sûre que tout ce qu’il y avait de pire était loin derrière nous : le racisme, l’obscurantisme, la terreur, la guerre… Je savais que tout ça existait, bien sûr, mais je croyais qu’en France nous étions à l’abris. Je pensais aussi que l’école était là pour nous apprendre à tous le respect, la tolérance et la liberté, et que ma génération serait forcément plus pacifique que les précédentes.

Depuis j’ai eu pas mal de déceptions. Il y a eu le 11 septembre, mais c’était loin. Il y a eu le 21 avril, et j’ai pris conscience que mon pays avait sa part de noirceur. J’avais tout juste 18 ans, je votais pour la première fois, et j’ai compris que ma carte d’électeur allait m’être précieuse. Le soulèvement républicain qui a suivi m’a quand même un peu rassurée, et j’ai eu l’espoir que les choses changent. Ça n’a pas été le cas. Depuis, les résultats des élections me débectent toujours un peu plus.

Il y a quelques années j’ai eu pour collègues des personnes particulièrement étroites d’esprit et intolérantes. Des personnes qui avaient plus ou moins mon âge, et qui avaient eu aussi fréquenté des écoles où j’imagine qu’on a voulu leur enseigner le respect et la tolérance. Leurs discours sur les incroyants, les femmes, les homosexuels ou les croyants d’autres confessions m’ont démontré que cet enseignement républicain n’avait pas eu prise sur eux.

Encore après, il y a eu les manifs pour tous, les propos dégueulasses des « anti », la remise en cause de l’ivg et d’autres propos scandaleux. Là encore ma foi en la tolérance en a pris un sacré coup. Comme à chaque fois que je tombe sur des appels à la réhabilitation de la peine de mort. Ou quand je lis des commentaires nauséabonds sur la communauté Rom. Parfois aussi j’éteins la radio parce que certains hommes (ou femmes !) politiques me désespèrent.

Aujourd’hui je suis partagée entre deux positions. Je n’ai plus beaucoup d’illusions et je me demande dans quel monde vont grandir mes enfants. Mais j’ai aussi envie de hurler ma colère, et de soutenir toutes les actions qui rendront notre monde un peu moins con. Je me demande comment on va faire pour sortir de tout ça, mais j’ai aussi envie de croire que tant qu’il y aura des hommes et des femmes libres, engagés et tolérants, rien ne sera perdu. Je veux faire découvrir la liberté, la tolérance et l’insoumission à mes enfants, pour qu’ils s’approprient ces valeurs qui me sont si chères. Leur faire lire Hugo, Voltaire, Charlie Hebdo et tous les autres…

JeSuisCharlie

4 Responses »

  1. Tu as raison il faut y croire, et surtout ne pas baisser les bras. Il faut à notre petit niveau au quotidien faire en sorte d’essayer que les mentalités changent, sans jamais renoncer. Nous sommes que de petits maillons mais qui finiront par former une très longues chaine.Merci pour ce papier si bien écrit qui m’est allé droit au cœur. Monique

  2. Je comprends tous les sentiments que tu as pu ressentir ces derniers temps.
    Et je me demande si les évènements de mercredi jusqu’à vendredi avaient eu lieu, il y a quelques années, donc avant que Les Manip pour tous manifestent, si les médias, actuellement, leur auraient donné tant d’importance.
    Car à force de leur donner de l’importance à ces minorités horripilantes, on les écoute un peu trop, et elles racolent un peu trop.
    Courage et j’espère que nos enfants vivront dans un meilleur monde.

    • Ce matin j’étais dépitée en lisant que Boutin avait trouvé le moyen de critiquer les chiffres de la marche parisienne…
      Hier nous avons organisé un petit rassemblement au village, nous étions entre 40 et 50 personnes ! Dérisoire au regard des grandes villes, mais pour un village d’à peine 350 habitants la proportion reste honorable ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *