La liste qui n’en était pas vraiment une

La liste qui n’en était pas vraiment une

Il y a tout ce qu’on peut anticiper en devenant parent. Le bon comme le moins bon. Le tsunami de tendresse au moment de la naissance, et les nuits pourries avant même de quitter la maternité. La joie et la fierté la première fois qu’ils marchent ou qu’ils arrivent à écrire leur prénom, et les changements de draps à 2 heures du mat’ parce que le pipi ou le vomito sont arrivés trop vite.

Et puis il y a tout ce qu’on ne soupçonnait pas et qu’on découvre jours après jour, année après année. Des détails. Du pas grand chose qu’on ne note pas sur le joli carnet où l’on s’était promis de consigner toutes les étapes importantes (et qu’on n’a même pas réussi à tenir 18 mois !) mais qui rendent le quotidien tellement plus joli, tellement plus léger.

Ce que j’aime encore plus, c’est que ces petits détails de tous les jours sont différents d’une famille à l’autre, et qu’ils évoluent avec le temps. Comme ils changent sans arrêt, parfois j’aime bien m’arrêter cinq minutes pour y penser, juste comme ça, furtivement. Ce n’est pas pour le plaisir de les collectionner, non, c’est seulement pour regarder ce qui me rend heureuse, juste là en ce moment :

nuage-sourire.jpg_350x350

Raconter des histoires en prenant des voix bizarres.

Ecrire des mots doux, des mots rigolos ou des messages dingos sur le tableau blanc du salon.

Belette qui passe ses bras autour de mon cou le soir pendant le câlin du dodo.

Les faire marrer en changeant les paroles des chansons.

Le sourire de Poussin quand j’arrive à l’école juste quand il en sort, mode mega-synchro !

Découvrir un dessin ou un petit mot sur notre lit quand on va se coucher.

Mettre de la musique très fort et brailler tous les trois dans la voiture le vendredi matin.

Faire les devoirs en s’entraînant avec des phrases qui font rire, conjuguer des verbes cradingues.

Les bisous juste après la douche, quand ils ont le museau encore un peu mouillé.

Belette qui vient prendre son petit déjeuner les bras chargés de doudous et les cheveux dans les yeux.

Compter les tracteurs sur la route (le record : quatre  dans la même rue un matin).

Lire des Tom-Tom et Nana avec Poussin, une case chacun à tour de rôle.

Les câlins au lit le dimanche matin, en respirant leurs cheveux toujours aussi doux.

Les « oups » de Belette, chaque fois qu’elle oublie, fait tomber ou salit quelque chose.

Faire des grimaces quand ils regardent ailleurs, et les voir se bidonner quand ils me découvrent.

Et tout ce que j’oublie…

Certains deviendront des souvenirs et les enfants les raconteront peut-être à leurs enfants, un jour. D’autres disparaîtront certainement, et ce ne sera pas très grave parce qu’ils auront quand même rempli leur rôle, celui de nous avoir fait plaisir sur le moment, et c’est déjà bien suffisant !

2 Responses »

  1. Jolie liste des petits bonheurs de la vie! Et belle conclusion, qu’ils aient un avenir ou non, c’est la somme de ces petits moments qui devient un grand bonheur, pour nous comme pour nos enfants!

  2. Se souvenir des jolies choses oui :)
    Difficile parfois de réfléchir à un an ou deux avant et de se rendre compte qu’on se rappelle plus vraiment comment c’était…. mais oui ça fait partie de la vie, et ça rappelle aussi qu’il faut profiter des moments présents sans trop se proejeter (ce qui est quadn même plus facile quand les enfants grandissent un peu et qeu c’est plus « facile », on a moins l’envie que la période bébé bien mignonne mais usante, se termine)
    Jolie texte, jolie liste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *