Le grand livre des prénoms

Le grand livre des prénoms

Quoi de plus personnel, et donc de plus clivant, que le choix d’un prénom ?
Marqueur social, générationnel, géographique, religieux… Et comme si ce n’était pas déjà assez difficile d’être en accord avec soi-même pour trouver « le » prénom, il faut aussi faire avec les propositions et les choix de son/sa conjoint(e).

Par chance, chez nous il n’y a pas eu de grosse bataille pour les prénoms. Nous n’avions pas vraiment évoqué sérieusement cette question avant d’attendre notre premier enfant, mais juste assez pour savoir que nous étions plutôt sur la même longueur d’ondes. Il nous fallait un prénom assez classique, ni trop porté, ni trop sorti de nulle part (on évite de mélanger au hasard les lettres du Scrabble !). Un prénom non composé, non porté par des gens de notre entourage ou par des crétins croisés ça et là, et bien sûr qu’on trouve joli à prononcer. Finalement ce n’est pas si simple !
Je tiens quand même à souligner que Papa-des-Champs a été bien plus loquace pour réfuter mes choix que pour en proposer de nouveaux ! Bon, puisque contrairement à tout attente, il a quand même fini par reconnaître que mes choix initiaux étaient les meilleurs, aussi bien pour le prénom de Poussin que pour celui de Belette (qui aurait du être celui de Poussin s’il avait été une fille). Ce fut une bonne surprise, parce qu’honnêtement en les proposant j’étais sûre qu’il les refuserait. Finalement ce garçon a du goût ;-)

Avant de tomber d’accord, nous nous sommes tout de même procuré une sorte de dictionnaire des prénoms. Certes, c’est un peu cliché et ce n’est pas l’achat dont je suis le plus fière, mais sur le moment on s’est dit que ce serait pratique d’avoir un support, et pourquoi pas de découvrir ou re-découvrir des prénoms auxquels on n’avait pas pensé. Et puis entre nous, quand on a attendu longtemps d’avoir un bébé, et que la grossesse est assez avancée pour commencer à acheter des trucs, on a tendance à se lâcher un peu !

Bon, tout compte fait on aurait très bien pu se passer de ce bouquin, mais depuis toutes ces années il est resté dans notre bibliothèque. Sa position fait qu’il est parfaitement accessible sans avoir à se lever du canapé, ce qui le rend très attrayant pour toute personne assise à l’extrémité de celui-ci. Il n’est donc pas rare qu’il soit sorti par un invité se trouvant à cette place, et que l’on passe de bons moments à rire de certains prénoms (oui, c’est méchant et gratuit, mais c’est justement pour ça que c’est bon !) ou à commenter certains prénoms à côté desquels on avait jadis mis une petite croix. Une petite croix discrète au crayon de papier, mais qui n’échappe à personne !

Les enfants aussi se le sont approprié. Depuis qu’ils savent lire, c’est d’ailleurs eux qui en font la meilleure utilisation. Ils le prennent très régulièrement, ensemble ou chacun de leur côté, et le parcourent dans tous les sens. Ils aiment retrouver mes fameuses petites croix et me demander si vraiment, ils auraient pu s’appeler comme ceci ou comme cela. Ils aiment aussi retrouver les prénoms d’enfants ou d’adultes qu’ils connaissent. Belette a d’ailleurs ajouté des croix au stylo à bille (et donc beaucoup moins discrètes que les miennes…) pour cocher tous les prénoms de ses ami.e.s. Elle a également corrigé le « Eliott » du dictionnaire parce que ce n’était pas la même orthographe que le prénom de son copain. Et ce toujours au stylo bleu… tout en accusant le livre d’être « plein de fautes » ! Brave petite.

Poussin, en remarquant que le premier prénom du dico était celui du fils de son ancienne maîtresse, en a déduit que « elle n’a pas mis longtemps à trouver le prénom de A la maîtresse, dès la première page ça lui a plu ! « . Du genre, ok c’est bon, celui-ci est parfait, on va pas s’embêter à lire la suite du bouquin ! Pardon pardon pardon la maîtresse, mais ça m’avait fait tellement rire !!!

Régulièrement, les enfants jouent aussi à se choisir des prénoms au hasard. Pour rire, je les menace alors d’aller à la mairie pour opérer le changement définitif et les renommer Gertrude, Marcoul (oui, ça existe !) ou Pulchérie. Ils choisissent aussi des prénoms pour leurs futurs enfants, et ma foi Poussin a de jolis goûts, puisque son fil s’appellera Martin ou Baptiste.
Evidemment, parfois ils se disputent à force de s’affubler de prénoms bizarres, ou parce qu’ils ne sont pas d’accord sur une prononciation. Il y a quelques jours, par exemple, Belette crisait parce que pour elle, il était impensable de ne pas prononcer le P de Baptiste…

Finalement on a bien fait de l’acheter, ce bouquin !

Petite anecdote amusante pour finir : Nous avons longtemps hésité entre 2 prénoms pour Poussin, avant de faire un choix difficile quelques semaines avant sa naissance. Sauf que pendant mon neuvième mois de grossesse, les journaux ont annoncé que N. Sarkozy, président à ce moment-là, était devenu grand-père. Evidemment, le petit portait le prénom que nous avions choisi, pourtant assez peu répandu… Solal (oui, comme dans Belle du seigneur). Sur le moment, on a cru s’étouffer et on a eu peur que les gens pensent qu’on avait copié (je pouvais accoucher d’un moment à l’autre, donc le rapprochement aurait été facile à faire), ou que le gamin soit sur-médiatisé et que cette coïncidence poursuive notre fils. Alors après avoir beaucoup râlé et pleuré (activités particulièrement appréciées en fin de grossesse !), on a modifié notre choix et on ne le regrette pas du tout !
Ce qui est encore plus ironique, c’est que finalement Poussin est né le jour de l’anniversaire de cet ancien président… Et un seul point commun avec ce monsieur, je crois que c’est bien suffisant !
Et dans la série « mais purée c’est pas possible ! », il paraît que le livre qui m’a inspiré le prénom de Poussin est aussi l’un des préférés d’E. Macron, et qu’il figure même sur son portrait officiel. Damned ! Heureusement qu’il n’a pas eu de fils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *