Tranquille, le mercredi !

Tranquille, le mercredi !

J’avais prévu un mercredi tout calme. Beaucoup plus calme que le précédent où nous avons couru partout et passé près de deux heures dans la salle d’attente de l’ophtalmo. Plus calme aussi que le dernier week-end, et que celui d’avant.

On s’est levés un peu tard et on a pris notre temps pour petit-déjeuner, puis le papa est allé travailler pendant qu’on débarrassait. Le temps commençait quand même à tourner, alors mercredi calme ou pas, j’ai incité tout le monde à ne pas trop traîner. L’objectif étant de passer à la bibliothèque et de faire les devoirs avant midi.

Belette a eu un peu de mal à comprendre le message, puisqu’en trente minutes, elle avait juste enfilé une culotte et deux chaussettes… Je vous passe les détails sur le nombre de trajets salon-chambre qu’elle a eu besoin de faire pour m’apporter une brosse et un élastique afin que je puisse la coiffer. Ah, et juste avant de partir, elle s’est rendu compte qu’elle avait oublié de se brosser les dents !
J’aurais bien aimé prendre un café avant de partir, mais entre leurs histoires de queue de cheval, de quelles chaussures est-ce qu’on met, et de Belette qui n’avait toujours pas réuni ses livres à rendre, ma tension était déjà assez élevée.

À la bibliothèque, Belette a passé plus de temps à me montrer les livres qu’on a déjà lus et ceux qu’on a aussi à la maison, qu’à en choisir des nouveaux. J’ai aidé Poussin à chercher un livre sur l’histoire du cinéma, mais on n’a pas trouvé. On a aussi entendu une dame du village traiter une autre dame du village de conne. Dans son dos, évidemment. Dommage, ça aurait mis un peu d’ambiance ! J’ai un peu discuté aussi mais je n’ai insulté personne.

En passant à l’épicerie, on a débriefé sur le marché de noël et j’ai eu vent de plein d’informations pas du tout importantes mais qui m’ont fait marrer. J’ai maintenant des infos capitales sur qui oublie de déclarer une partie de ses revenus et sur qui est quand même super cradingue ! J’aurais pu bitcher un peu en me plaignant des gens qui passent leur temps à se plaindre, mais je me suis retenue. Au contraire, j’ai dit du bien d’au moins deux personnes, et c’était sincère. Tout ça nous a bien pris un quart d’heure.

En rentrant, les enfants ont fait leurs devoirs et j’ai préparé le repas du midi tout en faisant réviser sa leçon d’orthographe à Poussin. Dans la foulée, j’ai coupé / épluché quelques légumes pour le repas du soir, parce que le mercredi il y a danse et que c’est un peu tendu de tout faire en rentrant à 19 h.

Après manger, les enfants ont fait un temps calme dans leurs chambres et Belette a lu trois des livres empruntés le matin à la bibliothèque, plus la moitié du quatrième. Pendant ce temps-là, j’ai fait la vaisselle et j’ai enfin bu un café en parcourant les nouvelles déprimantes du monde.

Puis j’ai continué à coudre quelques cadeaux de noël tout en écoutant un vieil album de Miossec. J’ai enchaîné sur la confection de quelques sablés noix / purée d’amandes pour le goûter Les enfants n’ont pas voulu m’aider parce qu’il n’y avait pas de chocolat dans ma recette… J’ai ouvert la brique de lait d’épeautre n’importe comment et j’en ai foutu partout. J’ai certainement aussi semé quelques morceaux de coquilles de noix au passage.
Chocolat ou pas, les enfants ont bien goûté !

Ensuite j’ai mixé la soupe pour le soir et j’ai répété 317 fois à Belette de préparer ses affaires de danse.

Sur la route, les enfants ont compté les voitures avec des gilets jaunes sur le tableau de bord. Ils en ont même trouvé une avec un gilet devant et un autre à l’arrière. Poussin en a conclu que le monsieur devrait être « pas content du tout ».

Après avoir déposé Belette, on a tenté d’aller voir si à la bibliothèque de ce village-là on trouverait un livre sur le cinéma, mais la bibliothèque était fermée. On a rebroussé chemin pour aller acheter de l’huile (oubliée le matin) et du poisson au supermarché du coin. On a attendu la fin du cours de danse dans la voiture : Poussin avait pris un livre, moi non. Ça m’a laissé les mains libres pour lui tenir mon téléphone en mode lampe de poche…

Après le repas du soir, on a encore râlé un coup parce que ces derniers temps les enfants sont terriblement chiants au moment du brossage des dents. Quand ils se sont couchés, j’ai eu la flemme de me faire un thé alors j’ai repris un café.

Avec le papa, on a regardé le dernier épisode de la minute nature et ça nous a donné envie d’aller camper dans les bois. Comme il me restait un peu d’énergie j’ai voulu coudre encore un peu. À cause d’une fermeture éclair mal positionnée j’ai explosé deux aiguilles coup sur coup. Ça m’a fait perdre pas mal de temps, surtout la deuxième fois quand j’ai du démonter une partie de la machine pour récupérer un petit bout de métal coincé qui bloquait tout le reste. J’ai galéré parce qu’au lieu d’utiliser un tournevis j’ai pris ce que j’avais sous la main : un couteau. Mon côté McGyver. Finalement j’ai réussi, sans me blesser, sans rien casser. J’étais fière de moi. J’ai fini de coudre, j’ai tout rangé et j’ai décidé d’aller me coucher.

Finalement il n’était pas si reposant, ce mercredi !

Chat qui a du mal à se remettre de son mercredi…

One Response »

  1. Les mercredis aprems (à Paris), les samedis et les dimanches ne sont pas des jours chômés ! O que non !! Courageuse à tous les parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *