Vacances en trio

Vacances en trio

Voilà, c’est fini…

Les vacances se terminent et c’est bien dommage.

Si nous sommes revenus avec le sourire, c’est vraiment parce que le papa nous manquait et qu’on avait très très envie de le retrouver ! Sinon, ça aurait été vraiment difficile de quitter St-Malo.

Cette semaine à trois a été géniale et nous avons partagé de très bons moments ensemble. Nous avons eu un temps magnifique, fait de jolies randos, découvert de beaux endroits et fait le plein de paysages qui mettent de bonne humeur.

Je partais plutôt confiante, mais au fil des jours j’ai été rassurée de voir que seule avec les enfants tout se passait bien. Je me suis fait une grosse frayeur en perdant la clef de notre appart (merci le porte-clefs tellement merdique que les anneaux se détachent…), à un moment où je n’avais presque plus de batterie sur mon téléphone et aucun papier sur moi… mais après 1/2 heure de gros stress et de recherche désespérée, ma Belette d’amour a retrouvé la clef sur le trottoir. Bon, ceci dit si on avait été deux adultes la galère aurait été la même.

Pas une seule fois je n’ai regretté d’être partie en train plutôt qu’en voiture. J’avais fait en sorte de voyager sans trop de bagages pour ne pas trop galérer pendant les changements de train (je craignais essentiellement la correspondance en métro entre la gare de Bercy et Montparnasse) et finalement tout s’est bien passé.

Sur place, nous avons pu tout faire à pied et en bus, même des petites escapades à une vingtaine de kilomètres de notre location. J’étais bien contente de ne pas avoir à tourner des heures pour trouver une place de parking en centre ville, qui en plus coûte quasiment aussi cher que le prix des tickets de bus. J’ai également bien apprécié le fait de ne pas faire 600 km de voiture toute seule !

De manière générale, notre semaine a été placée sous le signe de l’improvisation. C’était agréable et reposant ! Pas de programme établi d’avance, seulement une liste de sorties et de visites dans laquelle piocher au fil des jours. Au final, nous avons quasiment fait tout ce que nous voulions et il n’y a pas eu de temps morts. Le seul moment où nous regardions l’heure, c’était le soir, pour ne surtout pas louper le coucher de soleil sur l’océan ! Je crois bien que c’est un spectacle dont je ne me lasserai jamais.

En milieu de semaine, nous avons aussi eu la chance de passer une superbe soirée avec la malicieuse Anne et une partie de sa tribu. Il n’y a pas si longtemps, Anne tenait un chouette resto dans notre petit village de la Nièvre, puis elle a succombé à l’appel de l’ouest. C’était sympa comme tout de se retrouver, de se donner mutuellement des nouvelles de la Bretagne et de la Bourgogne, de faire vivre le lien que nous avons commencé à tisser il y a quelques années. Merci encore pour les galettes et le retour avec chauffeur :-)

Évidemment nous aurions adoré que Papa-des-Champs soit avec nous, mais au lieu de passer notre temps à le regretter, nous avons mis à profit la complicité de notre trio. J’apprécie plus que jamais d’avoir des enfants à l’humour décalé et à l’ironie mordante (même si parfois Belette fait des réflexions à voix beaucoup trop haute!), j’aime nos singeries, les jeux que nous partageons tous les trois (et qui agacent parfois le papa), les petites habitudes qui n’appartiennent qu’à nous.

Il m’est bien sûr arrivé de perdre patience et de hausser un peu le ton quand mes réserves de patiences étaient épuisées, mais globalement ça a été.

J’ai aussi remarqué que lorsque je suis seule avec les enfants, je suis beaucoup plus cool que lorsque nous sommes deux à nous occuper d’eux. Je laisse passer beaucoup de choses. Surtout en vacances, où je n’ai pas envie de me prendre la tête avec ce qui, au fond, n’a pas tant d’importance. Tant pis pour les kilos de sable dans les cheveux, les vêtements trempés d’avoir couru trop près des vagues pendant une promenade, les poches de sac à dos remplies de coquillages. Le bonheur vaut beaucoup plus que ça ! Quant au temps passé à jouer, il n’est jamais perdu. Surtout s’il est utilisé pour construire un énorme château, pour attendre une dernière série de grosses vagues, pour voir un énorme ferry disparaître complètement à l’horizon…

Et d’ailleurs, ce serait possible d’avoir un peu de rab’ ? Avec le papa, cette fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *