10 ans !

10 ans !

Poussin est né il y a dix ans. 10 ans ! C’est fou !

Une décennie de parentalité. Une décennie à s’émerveiller de petits riens et de pas de géant.

Le secret : prendre de la hauteur !

Des inquiétudes à la pelle. Des questions tout le temps, sur tous les sujets, à toutes les occasions.
Des milliards de câlins, des grimaces pour se faire rire, des surprises pour se faire plaisir.
Des centaines (des milliers ?!) d’histoires lues le soir, le matin, après la sieste, dans le jardin, dans les salles d’attente, sur un banc, en chuchotant, en prenant des voix ridicules, en faisant des mimes… et encore une autre, maman, s’il te plaît, elle était toute courte celle-là.

Dix ans et des négociations pour tout et n’importe quoi : pour un tour de toboggan en plus, pour se faire accompagner chez un copain alors que c’est dimanche et qu’on a la flemme, pour un yaourt au chocolat, pour un quart d’heure de lecture en plus avant de se coucher…

Dix ans à crier plus qu’on aurait voulu. A s’agacer pour des broutilles, à perdre patience pour trois fois rien un jour, mais à être un puits de patience pour quelque chose de bien pire le lendemain. Culpabiliser parce qu’on s’est fâchée un peu fort, entendre d’autres parents brailler sur leurs mômes, se dire que finalement on est plutôt cool. Dix ans à lire des bouquins qui parlent d’éducation bienveillante et de psychologie positive, dix ans à se demander si Isabelle Fiolliozat serait toujours aussi douce et compréhensive à notre place, avec un Poussin qui ne rentre dans aucune case !

Dix ans d’hypersensibilité. Dix ans à ne rien faire comme tout le monde. Dix ans à osciller entre « c’est génial d’avoir un enfant différent » et « mais purée pourquoi ce gosse ne fait-il jamais rien comme les autres ? »… Il y a des jours plus difficiles que d’autres, des périodes de doute et d’autres où tout est sous contrôle. En ce moment ça va. Ça ira peut-être nettement moins bien dans une semaine.

Nos premières mois ensemble ont été les plus difficiles de ma vie, vraiment. Je ne dormais presque pas, soit parce que Poussin ne dormait pas non plus, soit parce que je n’arrivais pas à lâcher prise. J’étais épuisée et inquiète. Je l’ai été de moins en moins, mais vraiment, ça a été difficile. Au bout de quelques semaines il y a eu du mieux. Au fil du temps c’est devenu plus simple, plus naturel. Poussin a commencé à sourire, puis à rire, et j’ai été rassurée. Plus les semaines passaient, plus c’était évident. Il n’a jamais été un gros dormeur et il détestait être ailleurs que dans nos bras, mais on a fait avec et c’était très bien comme ça.

Les gens disent souvent que l’épuisement des débuts et les difficultés s’oublient. Je n’en suis pas si sûre. Je pense qu’on n’oublie pas et heureusement. Au contraire, je trouve ça plutôt bien de se souvenir de tout ce qu’on a traversé, ça permet d’apprécier le chemin parcouru et de constater les progrès. Les difficultés font partie de nos vies, alors autant les accepter sans avoir à modifier notre mémoire !

Poussin a 10 ans et c’est un chouette petit garçon. Il a le même regard vif et brillant que lorsqu’il était bébé. Il a toujours un insatiable besoin d’affection et une demande d’attention exclusive. On essaye de les satisfaire, ou au contraire on essaie de lui faire comprendre pourquoi c’est impossible, on se questionne beaucoup, on s’adapte comme on peut. Ce n’est pas toujours simple, c’est même parfois usant, mais c’est comme ça. Ce qui est certain, c’est qu’en quelques années Poussin a énormément progressé et gagné en autonomie. C’est impressionnant de voir le chemin parcouru !

Poussin est particulier, mais pas seulement. Il est aussi et surtout curieux, marrant, passionné, sensible et futé. Etre sa maman est une formidable aventure !

2 Responses »

  1. Une déclaration que tu lui feras lire lorsqu’il sera plus grand ?

    Je fais partie de ces parents qui n’oublient pas les moments épuisants et usants et ne comprends pas qu’on puisse dire qu’avoir des enfants, c’est que du bonheur. Soit la vie de ces parents a été horrible avant l’arrivée de leur/s enfant/s soit iels ont préféré sciemment oublier !

    J’ai pensé à vous pendant le confinement. J’imagine que les rythmes ont été bouleversés mais qu’au final, vous vous en êtes bien mieux sorti.e.s que d’autres enfermé.e.s dans leur appart.

    Happy 10 ans et demi à lui.

  2. J’ai un peu de mal aussi avec le « c’est que du bonheur »… C’est notamment à cause de ce genre de discours que j’ai tellement culpabilisé quand Poussin était bébé… J’étais persuadée d’être une horrible mère, puisque je vivais des moments pénibles là où les autres étaient si heureux !

    Pour ce qui est du confinement, la grande maison à la campagne c’était parfait ! Evidemment on est contents de pouvoir retrouver une vie normale, de sortir etc, mais on n’a pas du tout souffert de la situation.

Répondre à Maman des Champs Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *