Archives du mot-clef imagination

Des souris et un Poussin

Des souris et un Poussin

Encore une fois, j’ai l’impression que le temps passe à une allure folle et qu’il me faudrait 2 ou 3 heures de plus par jour pour avoir un peu de marge. Ces temps-ci c’est un peu la course, et comme souvent lorsque je m’échine pour être à jour de tout, c’est le blog qui passe en dernier. Oui, je sais, c’est mal ! Mais j’ai au moins le plaisir d’être complètement dans les temps notamment pour mes lectures du Livre Inter, puisque j’en suis actuellement à la moitié du dixième et dernier roman. Je vais donc avoir un peu de temps pour relire quelques passages des livres qui m’ont le plus marquée, et être fin prête pour le jour J. L’autre nouvelle bien chouette de ce mois de mai, c’est que j’ai eu mon permis ! A 30 ans, oui… mais il faut dire qu’avant d’habiter à la campagne je n’en avais pas vraiment l’utilité. Bref, tout ça pour dire que mine de rien je vais bientôt retrouver un peu de temps pour moi, et donc pour écrire un peu plus.

Aujourd’hui, pour me faire pardonner, je vous propose un billet spécial mignonnerie ! Avec des photos de doudous dedans. Rien que ça !

Vous le savez peut-être déjà, mon Poussin aime les petits rituels qui jalonnent son quotidien. Il aime particulièrement les rituels du soir, qui rendent le coucher tout doux et qui rassurent avant de s’endormir. Après l’histoire, il file faire un dernier pipi et demande à son papa de l’accompagner, pendant que je les attends dans sa chambre. Il y a quelques mois, il m’a demandé de surveiller une partie de ses doudous (il embarque l’autre partie dans la salle de bain…) pendant son passage aux toilettes. D’humeur taquine, j’ai caché ses deux doudous souris derrière son lit, en faisant seulement dépasser leurs museaux. Evidemment ça l’a fait rire, et c’est comme ça qu’est né notre nouveau rituel. Chaque soir, Poussin me demande de surveiller ses souris, et moi j’improvise une nouvelle mise en scène rigolote. En voici quelques exemples :

Un peu de chou-fleur ?

Un peu de chou-fleur ?

On peut avoir une autre histoire ? Allez, steuplaît !!!

On peut avoir une autre histoire ? Allez, steuplaît !!!

Vous pouvez admirer le lit-récup', peint par Poussin lui-même (et moi un peu) !

Vous pouvez admirer le lit-récup’, peint par Poussin lui-même (et un peu moi) !

Poussin est toujours content de revenir dans sa chambre pour y découvrir la nouvelle ânerie des souris. Moi, je suis toujours amusée de trouver une nouvelle idiotie. Poussin sait bien que c’est moi qui orchestre ces petites mises en scènes, mais on fait tous les deux semblant que ce sont les souris qui échappent à ma vigilance. Je lui répète chaque soir que ces petites coquines ont vraiment le chic pour filer dès que j’ai le dos tourné. Lui, il aimerait tellement que ce soit vrai qu’il semble y croire au moins un peu, même pour de faux. Faire mine de croire que les doudous sont réellement coquins, leur faire la leçon tous les soirs en leur disant que « vraiment, vous exagérez », c’est aussi avoir l’assurance que notre rituel recommencera le lendemain.

Oui, parfois ils partent à l'aventure !

Oui, parfois ils partent à l’aventure !

Et ils bravent le danger pour sauver des vies !

Et ils bravent le danger pour sauver des vies !

Ca ne vous étonnera pas si je vous avoue que moi aussi je l’aime bien ce rituel ! Même si au bout de quelques mois je commence à avoir fait le tour des petites mises en scène possibles… et mon imagination est mise à rude épreuve. Les souris font donc des trucs de plus en plus stupides, mais c’est encore plus drôle !

L'ascension de la Tour Eiffel, véritable moment de bravoure !

L’ascension de la Tour Eiffel, véritable moment de bravoure !

Quand j’aura ma maison *

Quand j’aura ma maison *

* C’est ce par quoi commencent la moitié des phrases de Poussin en ce moment. Depuis quelques semaines, il imagine quelle sera sa vie de grand et nous fait partager ce que sa p’tite tête de poulet de 3 ans invente de mieux.

Alors déjà, c’est décidé, il aura une maison avec un jardin. Et pas n’importe laquelle, puisqu’il a jeté son dévolu sur celle située presque en face de la nôtre. (On pourra se faire coucou par la fenêtre, c’est mon éventuelle future bru qui va être ravie !) En plus cette maison a des volets bleus, il n’en fallait pas davantage pour plaire à Poussin ! Il pourra y garer sa voiture noire, celle qu’il ira acheter avec son papa. Parce que » le magasin est trop loin, on peut pas y aller à pieds ». Détail qui tue : le volant sera à droite ! Bon après tout, s’il achète la maison des voisins parisiens, il peut bien aussi racheter la voiture de nos voisins anglais ! Il faudra la repeindre en noir, mais le volant est déjà à la bonne place. Côté moyens de locomotion, il aura également un tracteur et une camionnette. Je cite « parce que c’est plus pratique pour faire des travaux ». Là encore il sait déjà laquelle il veut, une comme la bleue que Papi avait à Noël. Période bleue, encore et toujours… Soulignons également que dans sa voiture à l’arrière il y aura « un siège-auto pour mes bébés, et à côté de moi une place pour Maman.

-Tu veux dire une place pour la maman de tes bébés ?

-Bah oui pour ma maman !

-Hum, mais Maman ne sera pas la maman de tes bébés

-Bah si, ce sera toi la maman de mes bébés ! »

… L’occasion de ré-expliquer quelques fondamentaux…

S’il n’a pas encore trouvé la mère de ses futurs enfants, et que le nombre de ceux-ci oscille entre 1 et 2, une chose est certaine pour Poussin : il aura un bébé fille qui s’appellera… Belette ! « Elle crapougnera partout et elle chouinera pour pas dormir » , nous précise-t-il. Ça me rappelle étrangement quelqu’un… Ça doit être lié à la signification du prénom, faudra que je vérifie !

Chacune de nos actions est donc devenue prétexte à ce que Poussin nous raconte comment cela se passera chez lui. Il nous copiera sur pas mal de points, forcément. Dans sa maison il rangera le bois comme chez nous, il plantera les mêmes légumes, il aura le même pommeau de douche et même certains livres. Notamment le Bescherelle tout vieillot des années 80 qui traîne dans notre bibliothèque, il aura le même ! Chaque fois qu’une règle ne lui plaît pas, évidemment il décide que chez lui il fera l’inverse. Dans la baignoire son bébé sera installé dans l’autre sens, tout le monde pourra aller dans le jardin en chaussons et bien sûr son bébé aura le droit de sautiller comme un crétin en permanence. Ah, et il n’aura pas de chat, mais un chien ! « Un petit chien en forme de nounours en peluche. » J’ai hâte de voir ça, il paraît que c’est super mignon comme race !

Il est adorable notre Poussin qui imagine sa vie d’adulte, et c’est vraiment drôle d’entendre « moi quand j’aura ma maison » suivi d’une foule d’idées rigolotes. J’avoue, c’est aussi un tantinet pénible quand on se prend la tête à faire un truc et qu’il nous serine à nous expliquer que chez lui la poussette se pliera mieux ou que sa voiture ne sera jamais sale… Pire, quand on lui répète cinquante fois d’arrêter de faire l’andouille et qu’il nous rétorque que chez lui gna gna gna, qu’il touchera les portes vitrées avec les mains pleines de goûter ou qu’il fera de la draisienne sous la pluie ! Bon, au moins il a bien compris que pour l’instant il y a des règles à respecter et qu’il attendra d’être chez lui pour faire ce qu’il veut ! N’empêche qu’on rigolera bien en voyant ses vitres pleines de traces de doigts et sa bébé fille pleine de gadoue qui fera du 4 pattes sous la pluie ! Et puis s’il habite vraiment en face de chez nous, on se vengera des tous ses réveils à l’aube en passant la tondeuse à 6h du mat’ !

Imagination

Imagination

Chez nous, il arrive parfois qu’une souris d’ordinateur devienne un aspirateur, qu’un fauteuil se transforme en bateau, ou qu’une feuille de sopalin fasse office de serviette pour doudou…Trois cailloux sur une planche de bois, et voilà un barbecue ! Une touffe d’herbe coincée dans une feuille morte devient un sandwich, et une fleur Playmobil à l’envers fait une magnifique carafe. Les cubes de Lego se transforment en douche pour animaux, une caisse de jouets renversée peut servir de baignoire à poupée. Dans le bain, le thermomètre poisson plonge dans un gobelet dans un dynamique mouvement de va-et-vient, tel un goupillon qui laverait un biberon. A l’instant où j’écris ces lignes, une passerelle de bateau Playmobil se voit utilisée comme rabot… (Et oui, Papa-des-Champs le bricoleur est une énorme source d’inspiration !)

Finalement on a bien fait d'avoir la flemme de les ranger, ces vieux tréteaux...

Barbecue improvisé

 

Quand aucun objet ne ressemble assez à celui dont il a besoin,  qu’il n’a rien sous la main, il lui reste l’ultime recours, celui des objets fantômes.  Ainsi, aux côtés de la table à repasser et du fer « de grand », sont rangés ceux de Poussin. Ils sont bleu. Il les prend, pout pout pout, déplie sa table imaginaire, branche son fer irréel dans une prise qui n’existe pas, et hop hop hop il repasse son linge invisible, le plie consciencieusement puis le range.

Cette imagination, cette capacité de faire de rien un jouet, elle me fait rire et m’impressionne. Elle est naïve, innocente, naturelle. Jamais mon petit garçon ne se plaint de ne pas avoir le bon jouet, l’objet adéquat, il prend ce qu’il a et c’est très bien comme ça. Evidemment, ses yeux ont brillé et son sourire en disait long lorsque son papa lui a offert de nouveaux ustensiles pour sa petite cuisinière. Parce qu’avoir un vrai fouet pour faire des gâteau, et une vraie louche pour servir la soupe, c’est quand même génial !

J’aimerais trouver un juste milieu entre les « jouets d’imitation » et nos objets fantômes, qu’on ne tombe pas dans la sur-consommation de jouets mais que nos enfants ne jouent pas qu’avec du vide. Alors on essaie de garder un équilibre qui nous semble juste, selon nos valeurs, la taille de nos chambres, nos finances.

Je ne pense pas que l’imagination soit le propre de l’enfance. Mais il me semble qu’un esprit créatif se forge de bonne heure. Entraver une imagination naissante, c’est dommage et c’est d’une certaine façon ce qui mène au formatage. J’aimerais que mes enfants soient libres d’imaginer ce qu’ils veulent, comme ils le veulent, sans que je n’intervienne de trop. J’espère que leur faculté de créer à partir de rien et à transformer les objets se poursuivra longtemps. Ce rien invisible, non palpable, c’est leur création, ils l’ont fabriqué eux, et c’est énorme ! Et peut-être qu’un jour, le radiateur qui sert actuellement de machine à laver se transformera en vitrine de boulangerie, en cheminée ou en piano !