Archives du mot-clef jardin

L’école est finie !

L’école est finie !

Oui bon ok, il reste encore une journée d’école mais ça sent quand même très fort les vacances ! Les cadeaux ont été donnés aux maîtresses et atsem (Poussin n’a pas eu la patience d’attendre demain), nous allons préparer des gâteaux pour la fête de demain soir, nous avons reçu les photos de classe (ô miracle mon fils a accepté de se faire photographier ET il sourit !), et à la demande de la maîtresse nous avons fourni un grand sac plastique pour récupérer tous les travaux de Poussin. C’est là que je suis contente d’avoir un grenier, et que je pense très sérieusement à ne plus jamais déménager juste pour ne plus avoir à faire de tri… Bref, l’école est finie, à partir de lundi j’aurais mes deux lutins à temps complet avec moi, et ça s’annonce sportif !

Parce qu’évidemment, c’est toujours quand les enfants sont en vacances que j’ai du boulot et 1000 trucs à faire. En parlant de grenier, ce serait bien que j’aille y chercher les anciens vêtements d’été de Poussin qui pourraient maintenant servir à sa soeur, et que j’y monte les vêtements trop petits qui encombrent leurs placards. Papa-des-Champs pourrait arrêter de se planter et de m’accuser de le piéger lorsqu’il habille sa fille avec un body qui ne ferme plus ou avec une robe trop courte… Notez que je suis d’accord avec vous et qu’au lieu de râler il pourrait prendre un carton et trier, non mais ! Dans la série « trucs rigolos mais qui deviennent vite chiants », nous sommes actuellement envahis de framboises et de cassis qu’il faut donc récolter tous les jours. Puis laver, faire sécher et congeler. Ou cuisiner. Je ne vous fait pas deviner le thème des gâteaux pour le repas de l’école : muffins à la framboise, mini cake framboise/cassis ! Vous me direz, avec raison, que de ramasser des fruits c’est une super activité à faire avec les enfants. Oui. Sauf avec une Belette qui se gave de cassis pas mûrs en se servant directement sur les branches, ou qui vocifère si je la ligote dans sa poussette pour ne plus avoir à l’empêcher de manger des cailloux, escalader un banc en pierre, jouer dans les orties… Véritable ouistiti monté sur ressorts, elle parvient maintenant à se défaire presque entièrement de son harnais en se contorsionnant. Dimanche dernier en allant dire bonjour aux moutons elle a même réussi à s’aider du grillage devant elle pour se mettre debout sur le siège de la poussette ! Surveiller Belette et l’empêcher de se fracasser et/ou d’abîmer nos affaires est d’ailleurs une activité quotidienne assez chronophage…

Depuis quelques jours elle arrive à monter sur le lit de son frère, malgré l’espèce de barrière de sécurité qui en sur-élève le bord. Ça m’a fait tout bizarre de le laisser seule 10 secondes le temps d’aller poser un truc dans la salle de bain, et de la retrouver assise au milieu du lit, toute fière d’elle, câlinant une colonie de doudous ! Elle a recommencé le lendemain pour offrir la même frayeur à son papa… C’est pas que je ne fasse pas confiance à ma Belette, mais la voir perchée ainsi me stresse encore pas mal ! Il faut également composer avec sa nouvelle lubie qui consiste à s’introduire en douce dans les toilettes pour jouer avec le dérouleur à papier toilette… Peu original, puisque son frère et le chat avaient déjà inauguré cette bêtise, mais toujours aussi pénible à ranger ! Sa taille de géante (84cm à 16 mois !) lui permet aussi d’ouvrir notre placard à vêtements et de le vider consciencieusement sur le sol, d’accéder à un nouveau rayon de la bibliothèque, et de sortir les boîtes de puzzle de Poussin pour en répandre les pièces par terre… Tout ça avec un grand sourire, puisque Belette est diaboliquement adorable et joyeuse !

L’école est donc presque finie, et je vais devoir naviguer au milieu de ce joyeux bazar avec une petite glu collée à mes jambes. Poussin aura 3 ans et demi à la fin du mois, mais se passer de moi plus de 3 minutes reste compliqué pour cet éternel sensible ultra demandeur. A croire que de me regarder me brosser les dents, m’observer éplucher des courgettes ou me tenir compagnie lorsque je change une couche est plus intéressant que de jouer à la dînette, aux Playmobils ou aux petites voitures ! J’ai toujours eu l’habitude de le faire participer à l’ensemble de mes occupations, et j’admets que je trouve ça chouette. Cuisiner avec Poussin et en faire mon petit assistant, répondre à ses questions existentielles pendant qu’il me passe les pinces à linge, c’est aussi ce qui fait que j’aime être une maman à la maison. Ces échanges permanents ont très certainement permis à mon fils d’enrichir son vocabulaire et d’affûter son esprit, tout en développant notre complicité mais c’est aussi ce qui rend difficile la gestion de deux enfants en simultané. Parce qu’il faut bien l’avouer, Poussin a un don particulier pour accaparer mon attention au détriment de sa petite soeur. Savoir que je vais passer l’été à jongler avec leurs besoins, leurs caractères et leurs jeux différents me fatigue un peu. Bon, je le fais tous les après-midi puisque cette année Poussin n’était scolarisé que le matin, mais n’empêche que les matinées en plus ça peut rapidement être usant. Je me raccroche au fait que d’ici quelques mois je pourrais leur proposer beaucoup plus d’activités communes. J’ai bon espoir qu’un jour Belette ne mangera plus la pâte à modeler, qu’elle utilisera les crayons pour dessiner et non plus comme projectiles, qu’elle ne jettera plus le sable par poignées dans nos cheveux avant de se barrer lécher un cailloux, et qu’elle écoutera des histoires calmement !

Le plus chouette avec les vacances qui approchent, c’est que nous allons profiter encore plus du jardin, que nous allons être libérés des contraintes d’horaires, et surtout que Papa-des-Champs aura lui aussi quelques jours de congés. Et que bientôt nous partirons nous ressourcer tous les quatre dans les jolies montagnes jurassiennes ! Ça va être sacrément chouette de changer d’air, de découvrir de nouvelles choses et d’en faire découvrir encore plus aux enfants, de gérer le quotidien à deux, de profiter des paysages et de buller un peu !

Bon, avant ça il faudrait vraiment faire un mail pour confirmer qu’il y aura bien un lit bébé, penser à ce qu’on va emporter et surtout prier pour que tout rentre dans la Clio, profiter du beau temps pour laver nos couettes, faire la liste des courses, et travailler encore un peu….

Un petit échantillon

Un petit échantillon… rien que ce matin j’ai récolté 580g de framboises, et il en reste encore :)

(silence) Ça pousse !

(silence) Ça pousse !

J’en avais parlé par là, nous nous sommes lancés dans l’aventure du potager en carré. Il y a quelques jours nous y avons repiqué nos semis, et en parallèle les graines que nous avions plantées en pleine terre ont commencé à bien pousser ! Ca commence à ressembler à quelque chose et c’est vraiment encourageant, aussi bien pour les petits que pour les grands ! Notre potager est donc composé de carottes, oignons, courgettes (longues et rondes), concombres, potirons, radis, salades, tomates (des tomates cerise, des St Pierre et des Marmande). Quelques herbes aromatiques en pots viennent compléter tout ça. Un peu plus loin, à côté de framboisiers qui étaient déjà là, nous avons également repiqué quelques plans de fraisiers qui commencent déjà à fleurir. Il n’en fallait pas plus à mon bonheur !

 Potager

En fin de semaine dernière, nous avons récolté nos premiers radis ! Poussin m’a bien aidée, il était ravi de les ramasser et de les installer précautionneusement dans un petit panier. Je pense que j’étais aussi émerveillée que lui de voir concrètement le résultat de notre jardinage ! Nous avons tout de suite été en rincer un ou deux pour les goûter. Verdict : excellents !

Les radis

Nous en avons mangé le soir-même, et ce petit rigolo de Poussin a tellement aimé qu’il a ressorti le bol de radis le lendemain matin au petit dèj… Il en a finalement mangé un avant d’enchaîner sur les tartines ! Oui, cet enfant a des goûts particuliers en ce qui concerne les légumes. Un jour je vous raconterai peut-être comme il adore grignoter un haricot vert surgelé chaque fois que je sors le sachet du congel, et comme il me réclame toujours une rondelle de courgette crue quand j’en épluche…

Enfin, je vous montre la cabane des enfants, tout simplement nichée sous le feuillage d’un saule ! Poussin s’y installe souvent (en ouvrant sa porte imaginaire !) pour y cuisiner feuilles, bouts de bois et pâquerettes, et nous avons prévu d’y installer deux rondins en guise de chaises. En attendant, Poussin et moi l’avons agrémentée de quelques fleurs. Il nous restait quelques œillets d’inde, que nous avions plantés à côté des pieds de tomates afin d’en éloigner d’éventuels pucerons (les œillets attirent les pucerons qui foutent ainsi la paix aux tomates), bref nous avons profité du rab pour décorer un peu la cabane.

Il n'a pas encore tout son feuillage d'été !

Il n’a pas encore tout son feuillage d’été !

Un petit tour dans le jardin

Un petit tour dans le jardin

Je voulais faire un joli article pour vous parler de notre potager et de ma nouvelle passion pour le jardinage, pour vous raconter comme Poussin est ravi de patouiller dans la terre et de voir les graines germer, pour dire que j’aime regarder les petites fleurs que j’ai plantées. Mais je bloque. Grosse panne d’inspiration. Je tourne en rond, j’écris du moche, des phrases lourdes, des détails nuls… Je voulais du bucolique et du joli, mais au bout de trois brouillons c’est juste naze et je n’e m’en sors pas.

Je voulais vous dire que je n’aurais jamais imaginé jardiner. Que je trouvais ça chiant, que pour moi c’était un truc de vieux et que ça ne m’intéressait pas. Et puis que finalement en m’y mettant j’ai aimé. Que c’était chouette d’aller choisir ensemble des fleurs, et que j’ai adoré prendre un peu de temps pour arranger tous ces petits trucs fragiles dans nos vieilles auges en pierre. J’aurais voulu vous raconter avec humour comme au début j’étais pataude et comme j’ai fait mon empotée pour que Papa-des-Champs m’explique comment m’y prendre… Et puis comme finalement j’ai fait le plus gros du travail toute seule et comme j’étais fière. Sauf que les phrases ne viennent pas. Si j’avais été un peu plus douée ce soir, j’aurais même pu vous expliquer que nous avons choisi du simple pour décorer notre jardin, et vous faire rire en vous avouant que j’ai horreur des gros massifs moches et des géraniums. Expliquer aussi que nous voulions du léger, pour laisser un grand espace de jeux aux enfants. Que ce qui nous a plu dans notre jardin c’est toute cette herbe pour courir, et que nous avons réussi à préserver cette simplicité, pour notre plus grande satisfaction ! Que j’aime voir mes enfants cueillir des pâquerettes et que ce sont mes fleurs préférées.

Fleurs auge

Si j’avais été un peu plus douée ce soir, je vous aurais joliment parlé de notre potager. J’aurais pu vous expliquer avec légèreté que nous avons opté pour un potager en carré. En tournant ça bien, je vous aurais raconté que c’est Papa-des-Champs qui a eu l’idée et que ça m’a bien plu, parce que j’avais peur de la surproduction d’un énorme potager qui oblige à mettre en bocaux et à refourguer des kilos de légumes à tous les voisins. Pas que je sois radine des légumes, mais plutôt parce que ça m’a toujours un peu gonflée, les gens qui m’imposent de repartir avec des tonnes de trucs dont je n’ai pas forcément besoin ! Je vous aurais donc parlé de ce type de potager, de l’importance pour nous de consommer de bons légumes, de l’absence d’amap dans notre département et du manque cruel de bio sur les étals de nos marchés. Evidemment j’aurais tourné ça bien, histoire que mon texte ne ressemble pas à un manifeste pour l’agriculture bio, locale et raisonnée ! Je vous aurais aussi raconté comme c’est chouette pour les enfants de regarder les légumes pousser, comme Poussin a aimé les semer avec nous et comme il est devenu lui aussi adepte du jardinage. Avec de jolies phrases je vous aurais dit que mes réticences se sont envolées et que j’adore voir tout ça prendre forme. Que j’adore regarder nos semis grandir sur la commode de notre chambre, et que j’ai hâte de voir pousser les graines plantées en pleine terre. Si j’avais eu plus d’inspiration, j’aurais décrit avec fierté comment mon homme des champs a fabriqué les carrés de potager avec trois morceaux de bois et comme j’ai bien aimé en préparer la terre. J’aurais aussi trouvé les mots pour évoquer la sensation de calme et de bien être que j’éprouve en jardinant sous la douceur du soleil, j’aurais su parler du plaisir tout simple de ces petits moments de nature, du bonheur de partager ça en famille.

Semis

Ce soir je n’ai pas trouvé les mots justes et l’inspiration me manque, mais j’avais terriblement envie de vous ouvrir la porte de notre jardin ! Ce billet brouillon est d’ailleurs un peu à l’image de notre petit coin de verdure : un peu à l’arrache mais pas trop, bordélique par endroits mais pas partout, simple et harmonieux malgré tout. Un endroit où je me sens bien, en fait !