Archives du mot-clef porte

Histoire de Porte

Histoire de Porte

Je m’apprête à évoquer un sujet qui sans aucun doute passionnera les foules : une porte !

Celle-ci :

En plus traiter de sujets palpitants, je suis une pro de la photo…

Pas très originale et habituellement plutôt cradouille au niveau des petits carreaux, surtout celui jouxtant la poignée. En regardant bien on y aperçoit très souvent un petit millier d’empreintes digitales correspondant aux petits doigts agiles d’un garçonnet de deux ans et demi. Et de la poussière, plein ! Sauf aujourd’hui parce que ce matin j’ai fait les vitres, chose assez rare pour mériter d’être soulignée! Cette porte n’a donc aucune caractéristique particulière. Elle n’est pas magique, ne s’ouvre pas seule, ne permet d’accéder à aucun passage secret, et elle n’est pas non plus auto-nettoyante. Dommage !

Cette porte n’a pour seule fonction que de séparer notre salon de notre couloir, tout en permettant un passage entre ces deux zones. C’est peu et en même temps c’est malgré tout le but premier d’une porte. Sauf que nous, avant d’emménager ici, on avait fondé de doux espoirs avec cette porte ! Et que nous avons été déçus… Je m’explique, ne fuyez pas tout de suite ! Dans la configuration de notre maison, une longère, cette porte fait donc communiquer notre « partie jour » (cuisine et salon) et notre « partie nuit » (un couloir qui dessert donc les chambres et la sdb). Il y a même une petite différence de niveau pour encore mieux marquer la séparation : les deux marches que Belette va devoir apprendre à gérer rapidement et que Poussin saute joyeusement après avoir pris son élan sur toute la longueur du couloir… Je plaisante mais si je mets de côté les potentiels vautrages que cela représente, je trouve ça très joli. Bref, avant d’habiter la maison, Papa-des-Champs et moi-même étions enchantés que les deux parties de la maison soient aussi bien isolées l’une de l’autre. On allait enfin pouvoir faire du bruit dans le salon sans déranger le sommeil des enfants, on était contents de pouvoir fermer la porte pour éviter que le chat ne s’incruste dans les chambres trop souvent (et surtout pas la nuit !), et on imaginait que cette porte permettrait de retenir les odeurs de cuisine. En plus, on la trouve plutôt jolie.

Sauf qu’en journée, cette porte n’est jamais fermée…

Poussin n’y pense pas tout le temps, et de toute façon lorsqu’il se retrouve en bas des petites marches, il doit galérer en se mettant sur la pointe des pieds pour parvenir à refermer la poignée. Ou alors il reste en haut en se contorsionnant sur les 10cm qu’il lui reste pour mettre ses pieds, il s’agace parce qu’il n’y arrive pas, et moi je me dis qu’il va finir par tomber ou par casser un truc. L’aider à la refermer ? Merci, j’y ai pensé ! Sauf que lorsque je suis dans la cuisine j’ai souvent les mains occupées à nourrir sa soeur, faire à manger, étendre du linge, et que ce n’est pas forcément pratique de tout arrêter pour fermer une porte. Lorsque je suis affalée sur le canapé et qu’il me rejoint après sa sieste, là j’ai juste la flemme… Quant à Papa-des-Champs, il pense à refermer la porte le soir, mais sinon il oublie. Ou alors il trimbale des trucs encombrants qui le privent de l’usage de ses mains.

En été, quand les fenêtres sont ouvertes, ça fait des courants d’air et la porte se claque d’elle-même. Pratique, mais à long terme je ne suis pas sûre que les mignons petits carreaux survivent longtemps… Le reste du temps c’est donc ouvert. Le chat peut ainsi se déplacer à son aise et pousser le vice jusqu’à aller se vautrer dans les placards du couloir… Il peut aussi déambuler dans les chambres pour quémander quelques câlins quand je joue avec les enfants, et par la même occasion il disperse tous les bouts de feuilles mortes et autres merdouilles qu’il ramasse en se roulant dans le jardin… Et bien sûr, les odeurs de cuisine peuvent envahir à leur gré la totalité de la maison… C’est bien agréable lorsqu’il s’agit de gâteau au chocolat ou de brioche, mais beaucoup moins les jours de chou-fleur ou de soupe aux poireaux ! Malheureusement, chez nous les soupes et les légumes qui sentent mauvais sont plus souvent au menu que les gâteaux maison…

La porte en laquelle nous fondions tous nos espoirs s’est ainsi révélée trompeuse. Je rêvais d’une chambre qui ne sente plus jamais le brocolis, et c’est foutu ! En prime je retrouve des miettes de jardin sur le parquet des chambres…M’enfin, c’est quand même bien de ne plus avoir de chat dans les pattes quand on va faire pipi la nuit, et de ne pas le retrouver sur la couette en retournant se coucher !

Voilà, ça valait le coup d’écrire un article sur ce soucis ménager de la plus haute importance ! Je peux aller me coucher avec un net sentiment de soulagement, et en pensant à prendre une photo de la porte demain matin :-) Maintenant vous savez que j’aime écrire le soir mais que la plupart du temps je suis tellement fatiguée que j’attends le lendemain pour me relire et poster !