Archives du mot-clef printemps

Youpi, c’est le printemps !

Youpi, c’est le printemps !

Mais… ?
Ce petit rayon de soleil, en début d’après-midi, qui permet de prendre un café dehors… Ce manteau qu’on n’est plus obligé de fermer jusqu’au menton…Ce plaid dont on arrive à se passer quand on bouquine sur le canapé…Les bonnets que l’on va laver et ranger, pour le plus grand bonheur des enfants… Et ces jolies petites jonquilles bien jaunes, sous le saule du jardin… Serait-ce le printemps ?!

bourgeons

Il y a aussi les jours qui s’allongent, les envies de promenades en forêt qui se font de plus en plus pressantes, les vélos que l’on pourra bientôt dépoussiérer, la corvée de bois qui pendra fin d’ici quelques semaines…

Et puis ça y est, les premiers agneaux sont nés ! Tous les ans, au printemps, ils naissent dans le pré juste derrière la maison, et on ne s’en lasse pas ! C’est ce qui fait partie du charme de cette maison : jeter un œil distrait par la petite fenêtre au-dessus de l’évier, et apercevoir deux minuscules agneaux trottiner derrière leur maman. Ensuite, tous les jours, on guette les suivants. Et quand on a un moment, on sort pour aller les voir de plus près, en s’approchant discrètement. On s’extasie parce qu’ils sont super mignons, on s’attendrie de les voir se précipiter pour téter, on les compte, on repère les brebis qui n’ont pas encore mis bas, et on se dit qu’on a de la chance d’habiter ici !

Ce week-end, on a également aperçu les premiers papillons de l’année.

Dans le jardin, les pâquerettes apparaissent. Poussin m’a offert la première. Bientôt il me les offrira par petits bouquets, et sa soeur s’y mettra aussi. Quoique Belette préfère les minuscules fleurs violettes dont je ne me souviens jamais du nom. Bref, la cuisine sera bientôt pleine de petits bouquets et de vases de fortune que les enfants remplissent toujours trop d’eau.
La ciboulette aussi est sortie de terre. C’est magique la ciboulette, ça repousse toujours, c’est parfait pour les salades, et on n’a même pas besoin de s’en occuper beaucoup ! L’été, Poussin adore en cueillir et en mastiquer dès qu’il passe devant… et quand il sent méchamment du bec il vient m’embrasser pour que je devine ce qu’il vient de manger… On s’amuse comme on peut !

Bientôt on remettra le trampoline en place. On mettra aussi un bon coup de propre dans la cabane en bois (l’hiver elle sert d’abri à tellement de petites bestioles que Belette trouve qu’elle ressemble à une cabane hantée !), on choisira les jouets à garder, ceux à donner, on y mettra quelques-uns de la maison. On offrira aux enfants les frisbees achetés il y a déjà quelques mois et planqués en attendant les beaux jours. (Et au bout de 10 minutes, quand on se sera mangé deux fois un frisbee en pleine tête, que les poules seront en panique et que les enfants auront les doigts en sang à force d’aller récupérer leurs bouts de plastoc dans la haie pleine de ronces, on se dira que finalement c’était une idée pourrie !)  Je pense aussi qu’on virera définitivement le coquillage en plastique vert qui faisait office de bac à sable. Parce qu’en fait, là, il est un peu cassé sur un côté (y’en a bien un qui va réussir à se couper avec…), et il fait surtout office de marécage. Un marécage bien cradingue avec des jouets de plage qui surnagent. Beurk !

Autre signe qui ne trompe pas : les poules se remettent à pondre ! Enfin surtout une (Micheline). Un œuf par jour depuis une bonne semaine, ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé ! Nos précédentes poulettes ne s’arrêtaient pas de pondre pendant l’hiver, mais celles-ci oui, c’est comme ça. Espérons que la deuxième (Gloria) s’y mette rapidement !

Et enfin, le potager reprendra bientôt du service ! En attendant, nous avons planté les premiers semis, et quelques pousses ont déjà pointé le bout de leur nez. C’est quand même pas mal du tout, le printemps !

IMG_20180312_105823555

Un lundi, du soleil, mais pas de chanson !

Un lundi, du soleil, mais pas de chanson !

Un week-end prolongé qui se termine, c’est toujours un peu difficile… Surtout quand il a été particulièrement agréable et qu’il a marqué le début du beau temps ! Si samedi le temps était encore catastrophique (je le sais, mon appareil photo, mes bottines et moi on était sous la pluie et dans la boue pour un « reportage » !) en ce lundi de Pâques le soleil était au rendez-vous ! La couleur légèrement rouge de mon décolleté est là pour en témoigner… et ce n’est pas comme si la veille j’avais justement commandé un nouveau tube de crème solaire en me félicitant de m’y prendre tôt cette année…

Bref, nous avons passé notre journée d’hier dans le jardin et ça nous a fait du bien ! Nous qui attendions la fin d’un long épisode de pluie pour faire des promenades, du vélo et laisser courir les enfants dehors, nous avons été exaucés ! C’est toujours assez étrange, d’ailleurs, quand tout à coup nous passons des manteaux et des écharpes aux repas sur la table de jardin. Ce n’était pas tellement prévu aujourd’hui, mais après le premier apéritif de l’année à l’extérieur il nous était difficile de rentrer pour manger ! Seules les poules étaient un peu déçues, puisque nous avons du les remettre dans leur enclot le temps du repas. Ces deux morfales sont insupportables dès qu’il y a de la nourriture et n’hésitent pas à grimper sur la table pour se servir… Ou à chaparder le pain directement dans les petites mains qui se balancent.

Inutile de préciser que les propriétaires de ces petites mains, Poussin et Belette, étaient ravis de passer la journée à jouer dehors. Ballons sauteurs, petite brouette, camion-trotteur, cerceaux, ils ont retrouvé avec joie tous les jeux qui restent rangés pendant les mois d’hiver. Ils ont aussi passé pas mal de temps à ramasser des pâquerettes et à manipuler des morceaux de bois. Ainsi qu’à cueillir des brins de ciboulette pour les manger sitôt rincés au robinet extérieur… Bonjour l’haleine des lutins ! Poussin s’est aussi trouvé une nouvelle occupation en jouant longuement avec les morceaux de tuyaux destinés à dévier la gouttière. Il a ensuite passé un bon moment à assembler des morceaux de pierres plates façon mosaïque, certes en se mettant de la sciure de bois partout, mais dans un calme et un silence étonnants ! Belette, de son côté, quand elle ne jouait pas à devenir une sorcière en enjambant un balai, s’est beaucoup amusée en préparant de l’herbe pour ses bébés veaux imaginaires. Dimanche nous avons vu de tout petits veaux absolument adorables avec leurs mamans et elle a même pu en caresser un, ce qui l’a drôlement intéressée ! Je crois bien que les veaux ont carrément détrôné les agneaux qui vivent juste derrière la maison, ce qui lui évitera peut-être d’en réclamer un chaque fois qu’on passe devant…

Le retour du soleil a également été l’occasion de préparer un peu le potager pour la nouvelle saison. Nous n’avons pas eu le temps de désherber les endroits à re-fleurir, ni de tondre l’herbe qui commence à être plutôt haute, mais ce début de printemps a renforcé notre motivation. J’ai plein de nouvelles idées de fleurs à planter et si je m’écoutais j’irais (encore) dépenser une fortune dans un magasin de jardinage ! J’ai aussi des envies de transat et de lecture au soleil (avec de la crème !). Ce n’était pas au programme aujourd’hui faute de temps, mais je compte bien en profiter bientôt. A la place j’ai travaillé un peu dehors, et même si ce n’était pas hyper pratique à cause des reflets du soleil sur l’écran de l’ordinateur, j’aime bien le côté symbolique ! Bon, entre nous c’était quand même laborieux parce que je n’avais pas de connexion internet et que j’ai voulu emprunter le Mac de Papa-des-Champs dont je maîtrise très mal le clavier… mais tant pis !

Il y a pire comme lieu de travail, pour un mardi de reprise !

Il y a pire comme lieu de travail, pour un mardi de reprise !

Comme à chaque changement de saison je suis pleine de projets et de bonne humeur. Avec l’expérience je sais bien que nous ne réussirons pas à tout faire, mais finalement ce n’est pas très important. Ce qui compte c’est l’envie de se projeter, le plaisir de partager de bons moments et tous ces petits détails qui font les bonnes journées. De ce point de vue, nous avons passé un excellente lundi de Pâques ! En plus il y avait du chocolat ! Et du muscadet !

Un petit air de printemps

Un petit air de printemps

Je l’ai déjà dit mais tant pis je me répète, j’adore les changements de saison à la campagne ! C’est mon petit côté « Marie-Chantal fait une partie de campagne », j’arrive encore à m’extasier de choses dont je n’avais pas l’habitude en ville. Non pas que les variations climatiques ne soient pas perceptibles à Paris ou dans toute autre grande ville, mais depuis que nous avons un jardin et un environnement rural, nous vivons tout cela beaucoup plus intensément.

Evidemment, le passage de l’hiver au printemps est particulièrement agréable ! En ce moment il fait beau, et nous avons avons eu la chance de passer la quasi totalité des ces vacances scolaires à l’extérieur. Imaginez le bonheur pour les enfants ! Pour les grands aussi le retour du soleil est vraiment appréciable et met sensiblement de bonne humeur. Commencer à préparer la terre pour y planter fleurs et légumes, voir les arbustes fleurir, mettre un bon coup de propre aux escaliers extérieurs, pierres et fenêtres, ratisser les derniers vestiges de l’hiver, si le programme est chargé il annonce son lot de trucs sympas ! Au niveau des gros chantiers du printemps, la construction du poulailler a débuté ! Il nous permettra d’accueillir deux petites poulettes à partir du mois de mai. Comme nous sommes radins, pauvres et écolos, nous avons pris le parti de n’utiliser presque que des matériaux de récup’, surtout pour le bois. A la fin il sera lasuré et les couleurs seront donc unifiées, mais en voici un petit aperçu :

On peut même se mettre dedans et faire côt-côt pour amuser les enfants :-)

On peut même se mettre dedans et faire côt-côt pour amuser les enfants :-)

Nous construirons ensuite une petite cabane pour les enfants, selon le même principe et avec les mêmes matériaux (essentiellement des planches de palettes). Je dis petite, mais en fait elle sera facilement 2 fois plus grande que celles qu’on trouve dans le commerce. Les plans sont prêts, ne manque plus qu’un peu (beaucoup) de temps ! Et comme chaque année, nous recevrons bientôt une bonne dizaine de stères de bois qu’il faudra ranger… Je me rassure en pensant que l’année dernière il y en avait 30 et que chaque bûche faisait 1m de long, alors que là elles arriveront déjà coupées en 50cm…

L’arrivée du printemps et le renouveau de la nature se manifestent également chez nos amis les bêtes, qui commencent à avoir leurs petits ! Il y a une quinzaine de jours, je trouvais les brebis du hameau bien rondes et j’ai forcément pensé à des naissances imminentes. Pourtant je n’ai rien dit aux enfants, de peur de me tromper et de les décevoir. Oui, parce que l’année dernière leur tata et moi étions persuadées que la femelle poney de la voisine attendait un bébé, on en a parlé des jours en imaginant plein de trucs mignons… et puis on a fini par apprendre qu’en fait Hirondelle avait juste mangé un peu trop de biscottes… Evidemment Poussin a été u peu déçu et nous franchement désolées ! Bref cette fois je n’ai rien dit, et ce fut une excellente surprise de voir naître les premiers agneaux quelques jours après ! Samedi dernier nous avons même eu la chance de passer devant le pré juste après une naissance gémellaire, et d’assister au spectacle tout mignon des tout petits bébés qui tétaient leur maman. Depuis, je guette souvent par la fenêtre pour voir où ça en est, et j’évite de penser à ce qui arrivera à ces pauvres bêtes dans quelques mois…

Le deuxième est planqué sous sa maman !

Le deuxième est planqué sous sa maman !

Vous allez penser que je radote, mais vraiment je ne me lasse pas de ce cadre de vie et je m’en émerveille encore très souvent. Nous en sommes à un stade où nous ne sommes plus citadins, mais pas non plus complètement ruraux. Je pense d’ailleurs que cet espèce d’état hybride n’évoluera pas beaucoup. Je garde un esprit façonné par la ville, j’aime parfois y retourner et profiter de ses avantages, mais je ne pourrais plus y vivre. Enfin surtout je ne voudrais plus y vivre, du moins avec des enfants de l’âge de Poussin et Belette. Plus tard je ne dis pas, mais maintenant c’est hors de question. Et pourtant je suis encore dans une phase de découverte de ma campagne et du mode de vie d’ici. Je me sens parfaitement bien dans mon nouvel environnement, tout en gardant parfois mes idées et mes réflexes de citadine. Loin d’être gênée par cette « double culture », j’y vois un avantage et une chance. Je suis un peu partout chez moi et je prends le meilleur de chaque territoire où j’ai vécu. Au quotidien, je trouve ça vraiment agréable d’arriver à m’émerveiller de toutes petites choses, si insignifiantes à la campagnes mais tellement éloignées de mes anciennes habitudes !

Je termine ce billet en remarquant que le printemps est bel et bien la saison des amours, puisque Papa-des-Champs et moi fêtons aujourd’hui nos 14 ans d’amour :-)