Archives du mot-clef week-end

Londres en amoureux

Londres en amoureux

Nous venons de passer 3 jours à Londres, rien que Papa-des-Champs et moi, et… c’était bien !!!

Je l’avais déjà évoqué, il était nécessaire pour nous de faire un break. Nous adorons notre vie comme elle est, et notamment le fait de passer beaucoup de temps avec nos enfants. Notre mode de vie nous permet de partager tout notre quotidien avec eux (le réveil, les 3 repas, le coucher, les a/r à l’école, etc) et finalement rares sont les moments où nous sommes seuls à l’extérieur de la maison. Nous adorons aussi faire plein de choses ensemble le week-end et profiter à fond de ces précieux moments en famille. Seulement, et aucun parent ne dira le contraire, s’occuper d’enfants est réellement fatiguant ; surtout quand ils sont petits et qu’ils ont besoin d’une attention de chaque instant. Alors forcément on a parfois besoin de souffler et de ne penser qu’à nous. Poser le quotidien pour se retrouver en couple, sans horaires et sans impératifs, ne serait-ce que trois jours par an, c’est salvateur ! D’une ça repose, de deux ça entretient la petite étincelle qui fait que nous sommes toujours amoureux l’un de l’autre, et de trois on en profite pour découvrir des jolies choses. Nous avons toujours beaucoup aimé voyager ensemble, marcher des heures dans des villes inconnues, visiter des endroits sympa ou rire ensemble d’avoir si mal choisi un resto ou un musée… Retrouver ces petits bonheurs une fois par an est ainsi une excellente occasion de recharger nos batteries et faire le plein de complicité !

Oui, je sais, prendre des photos de bus à Londres c'est surfait...

Oui, je sais, prendre des photos de bus à Londres c’est surfait…

Bien sûr nous avons pensé fort à nos enfants, nous regardions souvent l’heure pour savoir ce qu’ils étaient en train de faire, et nous attendions impatiemment de leur téléphoner. J’avoue avoir eu hâte des les appeler chaque jour, et me sentir incroyablement plus légère après avoir pu leur parler et savoir que tout allait bien. Vendredi, j’avais même un peu le cafard en attendant de pouvoir téléphoner (j’attendais le retour de l’école de Poussin !) et j’ai vraiment eu un regain d’énergie et de joie de vivre juste après avoir raccroché. Par chance, maintenant que leurs grands-parents habitent à côté de chez nous, ils peuvent  venir les garder à la maison, ce qui est rudement pratique. Poussin et Belette gardent ainsi leurs habitudes et leurs repères, Papi et Mamie ont tout sous la main pour s’occuper des petits, et nous sommes beaucoup plus sereins. Je n’avais aucune inquiétude pour Poussin cette fois, mais je me demandais comment régirait Belette qui n’est pas habituée à mon absence et qui ne peut pas encore verbaliser ses ressentis ou émotions. Et bien elle a passé un excellent week-end ! Comme à son habitude elle a été souriante, curieuse, rusée et intrépide, sans chagrin ni angoisse. Comme prévu, son grand frère a lui aussi été égal à lui-même et de bonne composition. Si nous avons passé 3 jours de bonheur à prendre du bon temps, nous avons également été très heureux de retrouver nos petits tout doux et de les câliner / bisouiller / admirer à notre retour !

En ce qui concerne Londres, ce fut une jolie surprise. Nous n’y étions jamais allés et pour tout dire, initialement cette ville ne nous attirait pas plus que ça. Elle se trouvait toutefois sur notre liste d’endroits « à voir », et la possibilité de s’y rendre rapidement en Eurostar nous a décidés pour cette année. Nous avons été enchantés de découvrir une ville agréable où il fait bon se promener, même au milieu de la foule. C’est d’ailleurs un aspect qui nous a particulièrement marqués, le fait que les gens soient zen, et que même dans un métro bondé il n’y ait ni agressivité ni ambiance pesante. C’était vraiment plaisant et cela a nettement contribué à nous faire aimer la ville. Si l’architecture londonienne en elle-même ne nous séduit pas plus que ça, et que nous sommes habituellement moyennement emballés par le mélange ancien/moderne, nous avons malgré tout trouvé un certain charme à Londres. Nous n’avons pas été éblouis comme nous avons pu l’être à Prague ou à Vienne, mais à part quelques exceptions nous avons apprécié ce que nous avons vu et finalement il s’en dégage une certaine harmonie. Nous avons particulièrement aimé voir la ville de haut, en nous attardant sur ses ponts.

En bas des ponts aussi c'est joli !

En bas des ponts aussi c’est joli !

Nous avons également eu la chance de profiter d’un temps merveilleux et de visiter Londres sous un magnifique ciel bleu ! Nous avons eu le temps de faire tout ce que nous voulions tout en prenant notre temps et en nous offrant une petite grasse mat » le dernier jour. Nous avons trouvé de chouettes endroits pour manger ou prendre un verre, nous avons bien ri en observant quelques horreurs dans les magasins, et nous avons halluciné de voir autant de gens en t-shirt alors que d’autres avaient sorti moon-boots et cache-oreilles. J’avais pris soin de mettre mes chaussures les plus confortables, sans  réaliser que leurs semelles étaient devenues si fines que j’ai fini le séjour avec une énorme ampoule sous chaque pied, et une cheville enflammée d’avoir voulu compenser… Mais ça ne m’a pas empêchée de profiter de nos moments en amoureux et de poursuivre l’aventure ! Nous avons terminé notre samedi soir dans un pub à côté d’un monsieur très bizarre et qui s’est enfilé 3 pintes alors que j’avais du mal à en terminer une, qui a commencé par trinquer avec son ami imaginaire et qui a fini par lui parler à voix haute tout en chantant un peu dès qu’une chanson lui plaisait… Au bout de trois jours je n’ai toujours pas acquis le réflexe de regarder à droite puis à gauche en traversant, et je suis presque passée pour une dangereuse criminelle lorsque le guichetier de la gare a remarqué que la signature sur ma carte d’identité n’avait rien à voir avec celle que j’ai griffonnée sur le formulaire nous permettant de récupérer l’argent mis sur notre carte de transport… Tout ça parce qu’en vrai j’ai deux signatures, une longue et sérieuse avec mon nom presqu’ en entier pour signer les documents officiels et les chèques, et une à l’arrache pour les colis à récupérer, les mots de l’école et les trucs sans importance de mon ancien boulot. Nous avons ricané bêtement, nous nous sommes donné la main et nous avons même un peu râlé quand nous n’étions pas d’accord sur le chemin à prendre.

Hein qu'il est mignon ?! :-)

Hein qu’il est mignon ?! :-)

C’était vraiment agréable d’être déchargés de tout pendant trois jours, de faire tout ce que nous voulions, et de nous occuper que de nous. Si mon Poussin et ma Belette étaient en permanence dans mon coeur et très souvent dans ma tête, c’était sacrément bon de passer du temps en étant surtout l’amoureuse de leur papa. Le fait d’être leurs parents a forcément changé notre façon de voyager, même lorsque nous ne sommes que deux. L’insouciance n’est plus exactement si insouciante, une foule de détails nous évoque un souvenir ou une pensée pour nos enfants, nous cherchons des cadeaux qui leur feraient plaisir… Et j’aime ça ! J’aime profiter d’une virée en amoureux tout en me demandant comment ils vont, j’aime me lever en ne m’occupant que de nous tout en pensant à ce qu’ils sont en train de faire, j’aime prendre une photo en imaginant qu’elle les fera rire, et j’aime par dessus tout être l’amoureuse de leur papa tout en étant devenu leur maman.

Trois Jours !!!

Trois Jours !!!

Trois jours de liberté ! Trois jours sans avoir d’horaires à tenir, de rythme à respecter, de montre à regarder. Trois jours sans repas à préparer, sans légumes à éplucher, couper, mixer. Trois jours sans vaisselle à faire, sans lave-vaisselle à vider. Trois jours sans linge à trier, à bourrer dans la machine, à étendre, à dépendre, à repasser, à plier, à ranger… Trois jours sans couches à changer, trois jours sans entendre « Maman viens m’essuyer », trois jours sans bain à donner. Trois jours sans nez à moucher, sans bec à débarbouiller, sans jouets à ranger, sans vomis sur mes épaules, sans bébé greffé sur le bras gauche, sans tétine à remettre à 3h du mat’, sans doudou à ramasser, sans colères à gérer et sans rien à surveiller !

Trois jours où je pourrais faire pipi la porte fermée, où je pourrais me doucher sans avoir besoin de chanter La Souris Verte, où je pourrais m’habiller sans qu’une petite voix commente chacun de mes vestes « Maman tu mets ta coulotte, Maman tu mets quoi là, c’est ton pantalon ?… » Trois jours sans siestes trop courtes, trois jours sans avoir à dire non, arrête, ou  fais attention, trois jours sans histoire de « Guilli a la varicelle » à raconter huit fois par jour ! Et trois jours sans avoir à répondre à dix questions par minute, sans avoir envie de chanter en hurlant « Tu nous saoules, tu nous saaaaooouuuullles » (Aldebert version trash metal !).

Vous l’aurez compris :  on se fait un petit week-end en amoureux ! Nous partons demain pour Amsterdam, et on a hâte ! Il s’agit en fait du cadeau d’anniversaire de Papa-des-Champs, qui a fêté ses 30 ans en juin, mais dont la réalisation a été différée pour cause de déménagement. Et ça nous fait tout drôle parce que c’est la première fois que nous serons séparés de nos enfants si longtemps. Depuis la naissance de Poussin nous avons bien sûr déjà eu l’occasion de découcher, mais pour une nuit au maximum. La plupart du temps, c’était pour faire des trucs chouettes (fête d’anniv, mariage) mais finalement nous n’avons profité qu’une seule fois d’un vrai week-end en amoureux, en novembre dernier à Troyes. Là aussi c’était vraiment sympa et nous avons passé de très bons moments, mais c’était forcément un peu limité puisque j’étais enceinte de presque 6 mois. Concrètement, j’avais d’affreuses douleurs ligamentaires qui me faisaient grogner quand je marchais trop, je ne pouvais pas boire d’alcool (bon, c’est pas le plus important en week-end, mais ça rajoute au charme du dîner en amoureux !) et j’étais à l’affût de tout ce qui aurait pu me refiler la toxo ou la listériose. Bref là, 3 jours et 2 nuits, en étant libre de mes mouvements et sans avoir à scruter chaque plat que je vais ingurgiter, ça nous fait vraiment envie ! D’autant que là, entre les travaux dont les finitions s’éternisent, la fatigue et le stress accumulés en un an (grossesse-naissance-maison-crédit-déménagement) on a vraiment besoin de souffler ! La grosse différence avec avant, aussi, c’est que cette fois nos baby-sitters viennent à domicile et que nous n’avons plus besoin de préparer une valise de gnome en vue d’un largage en cours de route. C’est un détail mais qui est réellement appréciable, et accessoirement cela évite à Papa-des-Champs de poser un jour supplémentaire, ce qui nous laisse donc plus de temps sur place ;)

Alors bien sûr, nos deux amours vont nous manquer ! Je pense avec délices aux nuits sans réveils, aux repas dans le calme, aux promenades main dans la main, mais je sais aussi qu’en jetant quelques regards furtifs à ma montre je penserais à ma Belette qui mange sans doute sa compte, à mon Poussin qui doit terminer sa sieste, aux dents qui sont en train d’être brossées, au biberon qui se fait avaler goulûment…et qu’en m’endormant je les imaginerais blottis dans leurs lits, détendus et tout doux. Je sais que sur la route du retour, j’aurais hâte de retrouver leurs mains dans la mienne, l’odeur de leurs cheveux et leurs peaux si douces ! N’empêche que trois jours de repos c’est bon !!!

A bientôt ;)

Thalys et Tulipes

Rien que les 3 heures de lecture/sieste/papotage du trajet sans être interrompus seront une pure merveille !